Archives de catégorie : Etudiants & doctorants

Appel à contributions : Encoding Data for Digital Discovery (ASOR 2017)

A la suite de la première session “Encoding Data for Digital Collaboration” à l’occasion de la réunion annuelle de l’American Schools of Oriental Research (ASOR)  2016 à San Antonio, Amy Gansell de l’université St John’s (New York) et Vanessa Juloux (EPHE, PSL) renouvellent cette session pour les trois prochaines années. La prochaine réunion annuelle se tiendra à Boston, du 15 au 18 novembre.

Résumé : Encoding Data for Digital Discovery

Description: Data encoding entails an analog-to-digital conversion in which the characteristics of an object, text, image, or archaeological site can be represented in a specialized format for computer handling. Once encoded, data can be stored, sorted, and analyzed through a variety of computer-based techniques ranging from specialized data-mining algorithms to user-friendly mobile apps. Especially when using linked open data, researchers around the world can collaborate on the collection, encoding, and analysis of data. A single encoded corpus could be analyzed concurrently by multiple projects, and encoded data can be linked across corpuses to facilitate broader, potentially interdisciplinary, studies.

This three-year session offers a venue for the presentation of methodologies, projects, and discoveries based on encoding or encoded data. We describe and demonstrate a wide spectrum of research that will include studies of stratigraphy, object typologies, provenance, cultural heritage, epigraphy, e-philology, and prosopography. Ultimately we will show the value of cyber-research as a powerful resource for revealing otherwise imperceptible information about ancient Near Eastern time. We welcome art historians, historians, epigraphers, philologists, anthropologists, and archaeologists, including prehistorians, Bible scholars, Hittitologists, Egyptologists, Aegeanists, and Byzantinists. This session will inspire new networks and designs for digital collaboration.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Encoding Data for Digital Discovery (ASOR 2017)

Caf’E.phe : « Epigraphic Interoperability of Ancient Texts » et « From the philology of ancient Sumer to the semantic web »

Le Caf’E.phe reprend son cycle de rencontres dédiées aux humanités numériques. Cependant, nous avons dû revoir à la fois le rythme des séances, ainsi que les jours et les horaires en fonction des disponibilités de certains chercheurs-invités parmi lesquels ceux qui résident à l’étranger, notamment hors de l’Europe. Nous profitons de leur séjour sur notre continent pour les inviter à partager leur méthodologie avec des exemples pratiques relatifs à leur champ de recherche.

Les deux prochaines séances se dérouleront un vendredi et se feront en partenariat avec EphéNum de l’EPHE. Nous testons un nouveau format : une premiere partie avec la présentation de travaux de recherche d’un doctorant membre PSL, une seconde partie plus longue avec un chercheur-invité.

Le Caf’E.phe est ouvert à tous les membres PSL, ainsi qu’aux membres des institutions partenaires, néophytes ou experts en humanités numériques. Cependant, nous vous demandons de vous inscrire en adressant un courriel à vanessa.juloux [AT] ephe.sorbonne.fr.

La première séance 20171 se tiendra le vendredi 27 janvier, de 16h à 18h30 à l’Immeuble le France (190, av. de France, Paris XIIIe, métro Quai de la gare)2.
Pour celles ou ceux qui ne pourraient pas être physiquement présent-e-s, nous vous proposons de suivre le Caf’E.phe en ligne : inscriptions pour recevoir les indications de connexion à partir du formulaire : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdKyPgY5otMUKbtW6BOq769w5_yDq3UyWseMlSVWPdj_4ErcA/viewform

Bien que ce Caf’E.phe puisse paraître très spécifique à l’assyriologie, nous nous intéresserons d’abord à la méthodologie, aux techniques et aux outils. Autrement dit, aucune connaissance spécifique à l’assyriologie n’est requise pour participer à ce Caf’E.phe. Nous souhaitons justement une vive participation pluridisciplinaire pour enrichir les discussions.

Doğu Kaan Eraslan (doctorant EPHE, PSL)
On the Use of Existing Resource for Ensuring Epigraphic Interoperability of Ancient Texts Continuer la lecture de Caf’E.phe : « Epigraphic Interoperability of Ancient Texts » et « From the philology of ancient Sumer to the semantic web »

  1. les deux présentations se feront en anglais []
  2. Le numéro de la salle sera indiqué à votre arrivée au 1er étage []

Introduction à la création de fontes de caractères personnalisées à partir des lettres d’un manuscrit

Antony Perrot, doctorant à l’EPHE, fera une introduction à la création de fontes de caractères personnalisées à partir des lettres d’un manuscrit :

Lundi 16 janvier 2017 de 13h à 15h
Sorbonne, salle Delamarre

Créer des fontes de caractères à partir de textes manuscrits ou épigraphiques permet, par exemple, de réaliser des reconstructions de textes les plus fiables que possible. Cette méthode est très précieuse pour la reconstruction de textes lacunaires à l’instar des manuscrits de la mer Morte. Plus généralement, on peut employer ces fontes pour la comparaison de mains de scribes ou plus simplement pour reproduire le contenu d’un texte en utilisant la fonte du manuscrit étudié dans son logiciel de traitement de texte favori.

Les inscriptions sont ouvertes aux membres PSL.

Pour tout complément d’information et inscriptions, contactez directement Antony Perrot (perrot.antony[at]gmail.com)

En direct de l’ASOR à San Antonio : Encoding Data for Digital Collaboration

Jeudi 17 Novembre à 15h20, session en direct de l’American School of Oriental Research (ASOR) à San Antonio (Texas), co-présidée par Amy Gansell de l’université St John’s (New York) et Vanessa Juloux (EPHE, PSL), “Encoding Data for Digital Collaboration” :

  • Sveta Matskevich (University of Haifa),“A Conceptual Framework for Archaeological Data Encoding” (15 min.)
  • Shannon Martino (School of the Art Institute, Chicago), “A Quantitative Method for the Creation of Typologies for Qualitatively Described Objects: A Case Study of Prehistoric Figurines from Anatolia and Southeastern Europe” (15 min.)
  • Darren Joblonkay (University of Toronto), “Association Mining Algorithms for Elucidating Community-Based Practices in the Ancient Near East: A View from Tell Mastuma, Syria” (15 min.)
  • Émilie Pagé-Perron (University of Toronto), “Data Mining Cuneiform Corpora: Get Relational” (15 min.)
  • Terhi Nurmikko-Fuller (Australian National University), “Publishing Sumerian Literature on the Semantic Web” (15 min.)

Continuer la lecture de En direct de l’ASOR à San Antonio : Encoding Data for Digital Collaboration

Colloque international : Research approaches in Hebrew Bible manuscript studies

EAJSLe “EAJS Lab” est un événement scientifique (conférences et workshop) qui traitera de la transmission matérielle de la Bible hébraïque, de l’Antiquité au Moyen Âge.
Les intervenants étudierons l’ensemble des méthodes de recherche employées dans les trois champs suivants : les manuscrits de la Mer Morte (DSS), de la Genizah du Caire (GC) et de la Genizah Européenne (EG).
Bien que ces sources soient de différentes périodes, espaces et milieux culturels, elles constituent les seules sources primaires dont nous disposons pour étudier la transmission de la Bible hébraïque. En dépit du fait que les DSS, GC et EG aient une thématique commune sur la transmission de la Bible hébraïque, les approches sont différentes. Alors que les DSS se focalisent plutôt sur la linguistique et la littérature, l’étude des Bibles hébraïques médiévales (CG et EG) se concentre sur la philologie, la paléographie et la codicologie. Continuer la lecture de Colloque international : Research approaches in Hebrew Bible manuscript studies

7e édition du Caf’E.phe

CafEphe_entete

À vos agendas !

DERNIER CAF’E.PHE DE L’ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014-2015

Mardi 9 juin 2015 de 18h à 20h à l’immeuble le France, salle 115,
En partenariat avec EpheNum de l’EPHE nous sommes heureux de nous convier à la 7e édition du Caf’E.phe, votre rendez-vous convivial mensuel réservé aux humanités numériques
que vous soyez néophytes ou non autour d’un verre, entre deux snacks1

Qu’est-ce que les Humanités numériques ?

To reconsider the methodology of humanities using digital technology. Thereby, to reconfirm the significance of the humanities (Makoto Goto).

Au programme de cette 7e édition :

Continuer la lecture de 7e édition du Caf’E.phe

  1. Nous vous demandons de confirmer votre présence pour prévoir les rafraîchissements et snacks : Vanessa Juloux (remplacer le AT par @ et supprimer les espaces) []

6e édition du Caf’E.phe

CafEphe_entete

À vos agendas !

Mardi 12 mai 2015 de 18h à 20h à l’immeuble le France, salle 115,

En partenariat avec EpheNum de l’EPHE, nous sommes heureux de vous convier à la 6e édition du Caf’E.phe, votre rendez-vous convivial mensuel réservé aux humanités numériques, que vous soyez néophytes ou non autour d’un verre, entre deux snacks…*

Digital Humanities stands for a wide variety of disparate practices, methodologies, and ways of communicating that take advantage of technology in order to enable and encourage the act of thinking deeply and critically about life. From this perspective, DH is the name given to the work of the most open-minded and courageous humanists working today (Stewart Varner).

Au programme de cette 6e édition :

Continuer la lecture de 6e édition du Caf’E.phe

Réflexion sur l’accessibilité numérique pour tous au THATCamp Paris 2015

Réflexion sur l’accessibilité numérique pour tous au THATCamp Paris 2015

Vanessa Juloux, doctorante RSP, animera un atelier sur l’accessibilité numérique pour tous au THATCamp 20151 :

Développement open source, plateforme collaborative, édition numérique, diaporama, courriel, API réseaux sociaux, etc. Les champs de compétences et les outils ou espaces d’échanges des connaissances ou des partages du Savoir sont vastes et devraient s’adresser à l’ensemble des publics. Mais encore faut-il se poser la question de savoir si à l’ère du numérique, TOUS peuvent accéder équitablement aux humanités numériques ? TOUS, sans discrimination aucune. Un de mes amis malvoyants (et doctorant sur les corpus juridiques au XIIe siècle) me rapportait récemment que moins de 5% des malvoyants s’engageaient dans un cursus d’études supérieures. Alors pourquoi faire un effort pour ‘ce’ profil d’utilisateur ? Ne devrait-on pas plutôt s’interroger sur les raisons de ce faible taux ?

Lire la suite sur le carnet THATCamp Paris.

  1. #tcp2015, du 9 au 11 juin à l’INHA []