Archives par mot-clé : méthodes quantitatives

En direct de l’ASOR à San Antonio : Encoding Data for Digital Collaboration

Jeudi 17 Novembre à 15h20, session en direct de l’American School of Oriental Research (ASOR) à San Antonio (Texas), co-présidée par Amy Gansell de l’université St John’s (New York) et Vanessa Juloux (EPHE, PSL), “Encoding Data for Digital Collaboration” :

  • Sveta Matskevich (University of Haifa),“A Conceptual Framework for Archaeological Data Encoding” (15 min.)
  • Shannon Martino (School of the Art Institute, Chicago), “A Quantitative Method for the Creation of Typologies for Qualitatively Described Objects: A Case Study of Prehistoric Figurines from Anatolia and Southeastern Europe” (15 min.)
  • Darren Joblonkay (University of Toronto), “Association Mining Algorithms for Elucidating Community-Based Practices in the Ancient Near East: A View from Tell Mastuma, Syria” (15 min.)
  • Émilie Pagé-Perron (University of Toronto), “Data Mining Cuneiform Corpora: Get Relational” (15 min.)
  • Terhi Nurmikko-Fuller (Australian National University), “Publishing Sumerian Literature on the Semantic Web” (15 min.)

Continuer la lecture de En direct de l’ASOR à San Antonio : Encoding Data for Digital Collaboration

Formation à la philologie numérique et aux méthodes quantitatives

Dans le cadre du programme e-philologie PSL, en collaboration avec l’ENS, l’EHESS, l’ENC et l’EPHE, sera proposée prochainement une formation en philologie numérique et méthodes quantitatives :

  • Durée : 24h réparties sur 4 journées
    • les 4, 11, 18 et 25 avril.
    • de 10h à 13h et de 14h à 17h.
  • Lieu : Ecole nationale des chartes, 65 rue de Richelieu, 3e ét. salle informatique.
  • Enseignement : Jean-Baptiste Camps (ENC) et Florian Cafiero.

Le cours Philologie numérique et méthodes quantitatives du programme E-Philologie aura lieu en avril à l’École des chartes. Ce cours sera dédié à la présentation de méthodes statistiques permettant l’analyse de textes, anciens ou modernes, dans une perspective de stylométrie (attribution et identification des auteurs, datation, localisation, …), sans exclure la prise en compte de questions liées à la tradition des textes ou à une analyse plus thématique. Si vous disposez d’un corpus sur lequel vous souhaitez expérimenter, vous aurez l’occasion de le faire lors des séances. Sinon, nous vous proposerons de travailler sur différents corpora (attribution des œuvres de Chrétien de Troyes ; datation des manuscrits de chanson de geste ; controverse Molière/Corneille ; …). Pour ceux qui comptent y assister, nous vous demandons de confirmer votre intérêt et votre présence à ce cours via le formulaire suivant : http://goo.gl/forms/ja5IRx5FM8.

Détails du programme sur HumaNum, site dédié aux humanités numériques et aux computer science à l’EPHE.

Proposition de réseaux de sociabilité parmi les convives de Plutarque

Proposition de réseau de sociabilité parmi les convives de Plutarque

image du réseau de sociabilité des Propos de la table — © Antony Andurand
© Antony Andurand

L’approche d’Anthony Andurand a permis de mettre en évidence le réseau de sociabilité des convives de Plutarque et des Propos de la table :

Sur la base de ce repérage systématique, nous avons eu recours, à titre exploratoire, aux outils de formalisation et de visualisation offerts par l’analyse de réseaux sociaux. La mise en série et le croisement des données permet en effet de construire une série de réseaux et de graphes, destinés à mettre en lumière les logiques géographiques ou relationnelles qui structurent, dans le témoignage des Propos de table, les cercles de la sociabilité plutarquéenne.

Pour lire l’article, rendez-vous sur le carnet sms.hypotheses.org.

A lire également sur un sujet similaire Le social network, un outil méthodologique pour la recherche en assyriologie.

Le social network, un outil méthodologique pour la recherche en assyriologie

Aujourd’hui à la RAI 2015 à Genève, j’ai assisté à une présentation fort intéressante d’Adam Anderson  sur l’analyse d’un social network1développé à partir de correspondances échangées entre les marchands. En s’appuyant sur les formules épistolaires qui marquent le rang des expéditeurs et destinataires2, avec la collaboration de David Bamman et Noah A. Smith, Adam Anderson a développé un modèle à partir d’algorithmes :Graphical model and MCEM algorithm

Continuer la lecture de Le social network, un outil méthodologique pour la recherche en assyriologie

  1.  il avait d’ailleurs déjà présenté son travail à Harvard The Old Assyrian Social Network: an analysis based on the texts from Kültepe (Kanesh), Turkey []
  2. While these tablets include mostly economic and legal transactions, 2,094 of them are letters between merchants. Along with the body of the Akkadian text, each of these letters includes a highly stylized introductory formula (an “epistolary formula”) which lists the senders and recipients using strict dominance rules concerning the order of the names. For example: umma Aššur-id ̄ı Aššur-n ̄ada ̄ ana Amur-Ištar Ala ̄hum Aššur-takla ̄ku from Aššur-id ̄ı and Aššur-na ̄d ̄a to Amur-Ištar, Al ̄ahum and Aššur-takl ̄aku

    []

Wikipédia, objet scientifique non identifié

« Wikipédia, objet scientifique non identifié »

Wikipédia, Objet scientifique non identifiéWikipédia1  est toujours sujet à discussion, à la fois sur la légitimation et sur la qualité des informations. Les éléments participatif et collaboratif sont évidemment intrinsèquement lié à Wikipédia. Sous la direction de Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer, une nouvelle réflexion a été engagée2, Wikipédia, object scientifique non identifié, pour chercher notamment

à identifier des enjeux en termes d’intermédiation des savoirs, de structuration et de reconnaissance d’un champ ou de diffusion de la culture scientifique.

L’une d’entre elles pourrait être des plus intéressantes, « Une analyse épistémologique de l’expertise dans Wikipédia » de Pierre Willaime3.

  1. Sur Polemic Tweet, discussions de qualité à l’occasion de la journée d’étude du 8 juin 2015 « Formats et réceptions des nouvelles éditorialisations numériques », lien Framasoft []
  2. « Parmi  les dix premiers sites visités au monde, Wikipédia est désormais d’un usage courant dans le milieu éducatif et scientifique. Mais quelles sont exactement les relations que les chercheurs ont nouées avec la plus célèbre encyclopédie participative et collaborative en ligne ? Tel est l’objet de ce livre collectif et interdisciplinaire, où alternent études de cas et réflexions transversales. » — source Presses universitaire de Paris Ouest []
  3. Un enregistrement vidéo d’une de ses précédentes interventions au sujet de son expertise Wikipédia, à l’occasion de la journée étude « Wikipédia. Objet scientifique non indentifié » []

6e édition du Caf’E.phe

CafEphe_entete

À vos agendas !

Mardi 12 mai 2015 de 18h à 20h à l’immeuble le France, salle 115,

En partenariat avec EpheNum de l’EPHE, nous sommes heureux de vous convier à la 6e édition du Caf’E.phe, votre rendez-vous convivial mensuel réservé aux humanités numériques, que vous soyez néophytes ou non autour d’un verre, entre deux snacks…*

Digital Humanities stands for a wide variety of disparate practices, methodologies, and ways of communicating that take advantage of technology in order to enable and encourage the act of thinking deeply and critically about life. From this perspective, DH is the name given to the work of the most open-minded and courageous humanists working today (Stewart Varner).

Au programme de cette 6e édition :

Continuer la lecture de 6e édition du Caf’E.phe