Archives par mot-clé : social network

Proposition de réseaux de sociabilité parmi les convives de Plutarque

Proposition de réseau de sociabilité parmi les convives de Plutarque

image du réseau de sociabilité des Propos de la table — © Antony Andurand
© Antony Andurand

L’approche d’Anthony Andurand a permis de mettre en évidence le réseau de sociabilité des convives de Plutarque et des Propos de la table :

Sur la base de ce repérage systématique, nous avons eu recours, à titre exploratoire, aux outils de formalisation et de visualisation offerts par l’analyse de réseaux sociaux. La mise en série et le croisement des données permet en effet de construire une série de réseaux et de graphes, destinés à mettre en lumière les logiques géographiques ou relationnelles qui structurent, dans le témoignage des Propos de table, les cercles de la sociabilité plutarquéenne.

Pour lire l’article, rendez-vous sur le carnet sms.hypotheses.org.

A lire également sur un sujet similaire Le social network, un outil méthodologique pour la recherche en assyriologie.

Le social network, un outil méthodologique pour la recherche en assyriologie

Aujourd’hui à la RAI 2015 à Genève, j’ai assisté à une présentation fort intéressante d’Adam Anderson  sur l’analyse d’un social network1développé à partir de correspondances échangées entre les marchands. En s’appuyant sur les formules épistolaires qui marquent le rang des expéditeurs et destinataires2, avec la collaboration de David Bamman et Noah A. Smith, Adam Anderson a développé un modèle à partir d’algorithmes :Graphical model and MCEM algorithm

Continuer la lecture de Le social network, un outil méthodologique pour la recherche en assyriologie

  1.  il avait d’ailleurs déjà présenté son travail à Harvard The Old Assyrian Social Network: an analysis based on the texts from Kültepe (Kanesh), Turkey []
  2. While these tablets include mostly economic and legal transactions, 2,094 of them are letters between merchants. Along with the body of the Akkadian text, each of these letters includes a highly stylized introductory formula (an “epistolary formula”) which lists the senders and recipients using strict dominance rules concerning the order of the names. For example: umma Aššur-id ̄ı Aššur-n ̄ada ̄ ana Amur-Ištar Ala ̄hum Aššur-takla ̄ku from Aššur-id ̄ı and Aššur-na ̄d ̄a to Amur-Ištar, Al ̄ahum and Aššur-takl ̄aku

    []