Archives de catégorie : Projets

Projet HumaReC : une plateforme de publication digitale augmentée pour l’étude du Nouveau Testament

Financé par la Swiss National Science Foundation, le project HumaReC (Humanities Research and Continuous Publishing) : a digital New Testament test-case, sous la direction de Clivaz Claire (VITAL-IT Institut Suisse de Bioinformatique), avec la collaboration de Sara Schulthess, Anastasia Chasapi et Martial Sankar :

HumaReC souhaite tester la manière dont une recherche en sciences humaines est reconfigurée et transformée par le rythme de publication digital. Son objet test sera le seul manuscrit trilingue arabe, grec, latin connu pour le Nouveau Testament, le Marciana Gr. Z. 11 (379). En éditant les 107 folios des sept lettres de Paul de Tarse, le projet développera, à partir d’une plateforme de publication digitale augmentée, un nouveau modèle de recherche en sciences humaines, intégrant un processus continu de publication des données.

Pour plus d’information sur le projet : http://p3.snf.ch/project-169869.

Site internet : humarec.org et son blog  — à lire notamment la collaboration avec Transkribus1.

  1. Günter Mühlberger a présenté Transkribus au cours d’un séminaire e.philologie PSL []

Première journée d’études Humanités numériques EPHE

Quand : Mercredi 12 octobre.
Horaires : 9h-17h30.
Où : Auditorium du bâtiment le France, 190 av. de France, 75013 Paris.

Cette première journée dédiée aux humanités numériques sera pluridisciplinaire (archéologie, philologie, histoire, histoire de l’art, histoire des religions, paléoanthropologie, linguistique…) ; des posters de chercheurs et étudiants membres de l’EPHE1 seront exposés.
Entre autres réflexions, une table ronde est organisée sur « Les humanités numériques pourquoi et comment ? ». Les offres de formations EPHE/PSL2 seront également abordées.

Le programme de la journée est disponible sur le site dédié aux humanités numériques à l’EPHE, HumaNum.ephe.fr.

Inscriptions ouvertes à tous les membres des institutions PSL et autres établissements : http://bit.ly/2dTpMW8.

  1. laboratoires : SAPRAT, CRCAO, PROCLAC, O&M, Égypte Ancienne, PACEA, LEM, AnHIMA, MEDé []
  2. Formations 2016-2017 : humanum.ephe.fr. []

Journée d’étude Omeka

JOURNÉE D’ÉTUDE OMEKA

Omeka
Le lundi 13 juin 2016, une journée d’étude, proposée par PSL et organisée par Anne Garcia-Fernandez (LAS) et Richard Walter (ITEM), est consacrée aux projets scientifiques qui utilisent la plate-forme Omeka :
« Nouveaux usages d’éditions et de valorisation des fonds, archives et corpus scientifiques »

Cette journée proposera des retours d’expérience sur différents usages d’Omeka dans le monde de la recherche scientifique. Elle est ouverte à tout porteur de projets d’édition de contenus scientifiques en ligne, ayant ou pas une expérience avec Omeka.
L’entrée est libre dans la limite des places disponibles et uniquement sur inscription :
https://explore.univ-psl.fr/fr/agenda/journ%C3%A9e-projets-scientifiques-avec-omeka

Plus d’information et programme : http://corist-shs.cnrs.fr

CEDEJ : présentation d’un outil de recherche documentaire et projection « Brèves d’Egypte »

breves_d_egypte_CEDEJ

Dans le cadre d’un projet de numérisation de coupures de presse, le CEDEJ, en collaboration avec la Bibliotheca Alexandrina, a développé un outil de recherche documentaire cedej.bibalex.org :

Le CEDEJ et la Bibliotheca Alexandrina sont heureux de présenter, grâce à la numérisation de plus 800.000 articles de presse en langue arabe, anglaise et française, 40 années de vie politique, culturelle et économique égyptienne – du milieu des années 1970 jusqu’en 2010.

Pour lire la suite et découvrir l’outil de recherche, RDV directement sur les Archives de la Presse Egyptienne du CEDEJ.

A cette occasion, le CEDEJ et la Bibliotheca Alexandrina organise un petit-déjeuner au cours duquel sera projeté un film documentaire « Brèves d’Egypte » qui sera suivi d’une présentation de l’outil de recherche documentaire : Continuer la lecture de CEDEJ : présentation d’un outil de recherche documentaire et projection « Brèves d’Egypte »

Un étonnant projet de crowdsourcing académique

Le mois dernier, j’étais à l’Université d’été d’Oxford pour une semaine de formation aux rythmes des digital humanities ! À cette occasion, j’ai pu assister à différentes conférences aux thématiques variées dans le monde des digital humanities ; cependant c’est sans équivoque celle de Victoria Van Hyning sur le crowdsourcing qui a retenu le plus mon attention1.

Il y a quelques années un étonnant projet de crowdsourcing est né grâce à une idée lumineuse… de deux étudiants en sciences dures Kevin Schawinski  et Chris Lintott — tous deux devaient faire leur thèse sur les galaxies : projet fort intéressant certes, mais difficilement réalisable — puisque seuls et limité par le temps, celui d’un doctorant — étant donné les milliers d’étoiles à répertorier. Chris Lintott et Kevin Schawinski, avaient-ils d’autres choix que de demander de l’aide auprès d’un public intéressé et majoritairement non-académique ?! C’est ainsi qu’est né en 2007 le site de crowdsourcing sur l’astronomie Galaxy Zoo. Ce fut aussi le point de départ d’une ingénieuse expérience de crowdsourcing académique :  Zooniverse.org, une plateforme de projets portés par des institutions scientifiques, projets tous aussi sérieux qu’ambitieux, auxquels contribuent régulièrement plusieurs dizaines de milliers de volontaires. Reconnu par les prestigieuses communautés scientifiques de l’Université d’Oxford — lieu emblématique où se situe aussi le siège —, d’Adler Planetarium à Chicago et de l’Université du MinnesotaZooniverse.org avec son équipe pluridisciplinaire réfléchit aussi au développement de différents projets digital humanities ; citons à titre d’exemples :

  • Ancient Lives pour les transcriptions collaboratives de papyri écrits en grec.

    Ancient Lives is a collaboration between a diverse collection of Oxford Papyrologists and Researchers, The Imaging Papyri Project, The Oxyrhynchus Papyri Project, the Egypt Exploration Society and the following institutions.

    AncientLives

Continuer la lecture de Un étonnant projet de crowdsourcing académique

  1. vous pouvez trouver l’intégralité de cette conférence dans les podcasts de l’Université d’Oxford  []

Un relief assyrien imprimé en 3D

Bientôt terminé les moulages grâce à la 3D ! Un exemple d’impression (faite pour le British Museum) avec ce relief assyrien1 — avouez qu’il serait dommage de ne pas partager cette impression, notamment pour mes collègues assyriologues :

  1. on remarquera quelques petites lacunes dans certains détails notamment sur la tiare, détails que l’on peut améliorer avec un logiciel 3D, comme celui qui accompagne le scanner Nextengine que nous utilisons à l’EPHE — quelques exemples en vidéo []

Online Corpus of the Inscriptions of Ancient North Arabia

OCIANA :

un corpus en ligne d’inscriptions pré-islamiques de l’Arabie du Nord et du centre :

safaitic_graffiti_OCIANAIt provides a reading of each text both in roman transliteration and in fonts reproducing the ancient letters, together with a translation in English, references to earlier readings, commentary where necessary, bibliography, and all known information about the inscription (provenance, carving technique, relationship to other texts or to rock drawings, structures, etc.). Photographs (when available) and facsimiles of each text will also be shown on each record and will eventually be downloadable free at publishable resolutions. The Corpus will be easily updatable as new discoveries are made and will be fully searchable for names, words, grammatical features and subjects1.

Ce projet OCIANA a reçu le soutien de Arts & Humanitaires Research Council et est hébergé à l’université d’Oxford2.
Son équivalent existe pour les inscriptions d’Arabie du Sud, le DASI : http://dasi.humnet.unipi.it.

  1. source OCIANA []
  2. OCIANA, découverte à l’université d’été d’Oxford au cours de la semaine sur les digital humanities []

Le social network, un outil méthodologique pour la recherche en assyriologie

Aujourd’hui à la RAI 2015 à Genève, j’ai assisté à une présentation fort intéressante d’Adam Anderson  sur l’analyse d’un social network1développé à partir de correspondances échangées entre les marchands. En s’appuyant sur les formules épistolaires qui marquent le rang des expéditeurs et destinataires2, avec la collaboration de David Bamman et Noah A. Smith, Adam Anderson a développé un modèle à partir d’algorithmes :Graphical model and MCEM algorithm

Continuer la lecture de Le social network, un outil méthodologique pour la recherche en assyriologie

  1.  il avait d’ailleurs déjà présenté son travail à Harvard The Old Assyrian Social Network: an analysis based on the texts from Kültepe (Kanesh), Turkey []
  2. While these tablets include mostly economic and legal transactions, 2,094 of them are letters between merchants. Along with the body of the Akkadian text, each of these letters includes a highly stylized introductory formula (an “epistolary formula”) which lists the senders and recipients using strict dominance rules concerning the order of the names. For example: umma Aššur-id ̄ı Aššur-n ̄ada ̄ ana Amur-Ištar Ala ̄hum Aššur-takla ̄ku from Aššur-id ̄ı and Aššur-na ̄d ̄a to Amur-Ištar, Al ̄ahum and Aššur-takl ̄aku

    []

Une ère digitale pour les oeuvres de Dante !

Une ère digitale pour les oeuvres de Dante !

Digital DanteL’université Columbia, son centre pour la recherche digitale et l’érudition et son département d’italien donnent vie à un projet numérique sur les oeuvres de Dante, projet débuté1  il y a une vingtaine d’années : traductions annotées, bibliographie détaillée, outil de lecture interactive, galerie des premières illustrations numérisées. Ce projet numérique dantesque2  (c’est rien de le dire) met la divine comédie à l’honneur. Le travail sur l’intertextualité est colossal ! L’indexation permet une  recherche rapide à partir d’un mot, d’un personnage, d’un évènement, d’un lieu géographique, d’une occurence. Une expérience de lecture « digitale » des oeuvres de Dante qui ne passera probablement pas inaperçue !

  1. Jennifer Hogan, initiatrice du projet pendant ses années de thèse []
  2. cette annonce coïncide avec l’annonce du colloque Dantesque. Sur les traces du modèle, organisé par les laboratoires CPCT (lettres) et TIL (langues) de l’Université de Bourgogne en 2016 []

Mirador 2.0, plateforme open source de visualisation et d’annotations d’images

Mirador 2.0, plateforme open source de visualisation et d’annotations d’images

Lors de la présentation de la bibliothèque virtuelle avec une reconstitution virtuelle du manuscrit 5 de Châteauroux du Pool Biblissima, j’ai fait référence au projet Mirador que Biblissima a utilisé.
Voici une excellente vidéo tutoriel de cette plateforme open source de visualisation et d’annotations d’images, plateforme que l’on peut tout à fait utiliser dans le cadre d’un projet personnel ou collaboratif :

Démo : reconstitution virtuelle du manuscrit 5 de Châteauroux

Un nouvel exemple de bibliothèque virtuelle avec une reconstitution virtuelle du manuscrit 5 de Châteauroux du Pool Biblissima :

A ce jour, la reconstitution virtuelle se présente sous la forme de deux démos :

  • une instance du visualiseur Mirador1 permettant de consulter dans une interface commune le manuscrit complet (BVMM) et les miniatures découpées (Gallica)
  • une démo de visualiseur proposant une première tentative de reconstitution des 11 onze pages lacunaires du manuscrit, au-dessus desquelles il est possible de replacer les miniatures à leur emplacement d’origine, permettant ainsi de restituer virtuellement à la fois le décor et le texte des parties mutilées.

Ces deux démos reposent toutes deux sur les standards de l’International Image Interoperability Framework (IIIF).

Toutes les informations sur le site Biblissima.

Manuscrit 5 de Châteauroux

  1. Visualiseur open source , présentation sur le site Biblissima ou sur le site Project Mirador []

Nomisma.org, pour “raconter” les collections de monnaies romaines grâce au linked open data

Nomisma.org utilise la plateforme Nodegoat1 pour permettre de visionner sur une carte géographique des collections de monnaies romaines, dont les données ont été précédemment saisies en RDF par des chercheurs et institutions. Ces données sont importées dans Nodegoat grâce au protocol SPARQL. Après avoir éventuellement ajouté des informations depuis Wikipédia, un scénario est sélectionné depuis une liste déroulante pour permettre de visionner sur une carte géographique une collection, comme celle du trésor des monnaies de Marc Antoine.

Nodegoat Nomisma

Nomisma.org is a collaborative project to provide stable digital representations of numismatic concepts according to the principles of Linked Open Data2. These take the form of http URIs that also provide access to reusable information about those concepts, along with links to other resources. The canonical format of nomisma.org is RDF/XML, with serializations available in JSON-LD (including geoJSON-LD for complex geographic features), Turtle, KML (when applicable), and HTML5+RDFa 1.1.3

Nomisma.org concourt pour le prix du meilleur développement Linked Open Data par les bibliothèques et les musées, concours organisé à l’occasion du Summit 2015 :

Continuer la lecture de Nomisma.org, pour “raconter” les collections de monnaies romaines grâce au linked open data

  1. développé par Lab1100. J’ai pu assister à une démonstration au CAA 2015 à Sienne ; je ferai une démonstration sous forme de compte-rendu lors de la 6e édition du Caf’E.phe []
  2. données ouvertes et liées. Pour comprendre linked open data []
  3. Suivez les actualités sur le développement de Nomisma.org en vous abonnant à leur flux RSS []

Réflexion à propos de la sémantique d’une base de données relationnelle des auteurs de littérature en langue bretonne

Jean-Baptiste Pressac de la Bibliothèque Yves-Le-Gallo partage ses problématiques, ses choix et son expérience sur le projet de la base de données relationnelle des auteurs de litterature en langue bretonne1 du projet PRELIB.

[…] comment exprimer les données avec le CIDOC CRM et FRBRoo puis de convertir les données de la base de données relationnelles avec DataLift afin de comparer les requêtes SPARQL avec des requêtes SQL, de faire des essais d’analyse de réseau à partir de ces données RDF et de vérifier si le web sémantique permet réellement d’inférer de nouvelles connaissances (peut-être l’aspect le plus intéressant du web sémantique)

Il passe en revue certains outils open source, partage ses impressions sur des manuels pédagogiques. Mais il s’intéresse plus particulièrement aux questions de sémantique :

Du côté des vocabulaires, j’avais identifié FRBR pour la saisie des œuvres littéraires mais j’avais du mal à en trouver une pour exprimer les données biographiques jusqu’à ce que j’entende parler fin 2014 de CIDOC1 CRM2 grâce au projet Biblissima.

Sans doute peut-on aisément qualifier cet article de ressources pour les base de données relationnelles et le web sémantique tant il y a d’informations.

  1. Bibliothèque Yves-Le-Gallo []

A destination des enseignants du primaire et du secondaire…

A destination des enseignants du primaire et du secondaire…

Une habile initiative pour tenter de sensibiliser les plus jeunes à la civilisation mésopotamienne et à l’écriture cunéiforme : des ressources1 sont à la disposition des enseignants du primaire et du secondaire sur le site Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès.
Une des ressources en vidéo2 :

  1. Direction scientifique : Cécile Michel — CNRS, Laboratoire ArScAn – équipe HAROC []
  2. Avec l’aimable participation de Christine PROUST (CNRS, Laboratoire SPHERE – équipe REHSEIS). Réalisation, image, montage : Vanessa Tubiana-Brun (CNRS, Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès). Musique : « Dyads Three », Piotr Michalowski (saxophone soprano) & Jaime Rodríguez Matos (guitare) © 2011 abzu recordings – « Forking Paths, Pt. 5 », Piotr Michalowski (saxophone soprano) © Piotr Michalowski 2007 Friends and Relatives Records []

Etude des pigments dans les manuscrits médiévaux

En Septembre dernier, l’EPHE avait organisé une formation de cinq jours sur les images multi-spectrales « Modern Imaging Technologies for Cultural Heritage »1. A cette occasion, Michael Phelps nous avait fait l’immense plaisir de présenter  le projet de librairie électronique des manuscrits du Monastère de Sainte Catherine.

Pour rester sur cette même thématique et poursuivre l’exploration de l’étude des pigments, voici une excellente présentation proposée par la Royal Society of Chemistry, présentation d’un projet conduit par Andrew Beeby,  impliquant des scientifiques issus des sciences dures et des humanistes — un très bon exemple d’interdisciplinarité :

Identifying the materials used in medieval illuminated manuscripts gives us an insight into the techniques and skills of the scribes and illuminators, as well as the sometimes complex trade routes of the times. Also, knowing what materials are present gives modern day conservators information about the materials they may encounter. The challenge is to be able to identify materials on a delicate sheet of parchment, typically a folio of a bound manuscript that does not open readily, without contact, sampling or causing any damage. Ideally the technique should give an unequivocal identification of pigments with high spatial resolution and selectivity: a challenge indeed!
Continuer la lecture de Etude des pigments dans les manuscrits médiévaux

  1. intervenants : David Kelbe, Gregory Heyworth, Michael Phelps, Roger Easton et Daniel Stoekl Ben Ezra.
    Petite anecdote, pas des moindres, à cette occasion, nous avons transformé une des salles de cours du France en chambre noire à des fins d’observation d’une des séances de photographies d’un manuscrit avec le système Lazarus  ! Merci aux étudiants qui ont prêtés mains fortes. []