Archives par mot-clé : Linked Open Data

Traduction et analyse automatisées des langues écrites en cunéiformes (MTAAC)

Le projet MTAAC (Machine Translation and Automated Analysis of Cuneiform Languages) a pour but de développer l’application de techniques de pointe dans le traitement du langage naturel pour les langues écrites en cunéiforme de Mésopotamie. Une méthodologie adaptée aux particularités de ces langues anciennes sera développée; le corpus utilisé pour son élaboration consiste en presque 68’000 textes datés à la période d’Ur III (21e siècre av. JC). Cette méthodologie combinera des technologies d’apprentissage automatique pour la traduction et l’analyse des textes et pourra être appliquée ensuite à d’autres corpus anciens. Le logiciel et les données générés par cette recherche seront disponibles sans restriction d’accès ou d’utilisation1.
Continuer la lecture de Traduction et analyse automatisées des langues écrites en cunéiformes (MTAAC)

  1. résumé communiqué par Emilie Pagé-Perron, coordinatrice du projet, et qui est également intervenue au Caf’E.phe []

Formation « Nodegoat » Bases de données – analyse de réseaux – visualisations

En 2015 au CAA de Sienne, j’avais assisté à une présentation de Nodegoat. Un compte-rendu avait d’ailleurs été fait à l’une des séances du Caf’E.phe.

Le 17 janvier prochain, une journée de formation « Nodegoat » Bases de données – analyse de réseaux – visualisations est proposée à Paris de 9h30 à 17h30, en partenariat avec l’université Paris Diderot, l’Institut des humanités de Paris, l’Action structurante PluriGenre et l’UMR 7219. Continuer la lecture de Formation « Nodegoat » Bases de données – analyse de réseaux – visualisations

En direct de l’ASOR à San Antonio : Encoding Data for Digital Collaboration

Jeudi 17 Novembre à 15h20, session en direct de l’American School of Oriental Research (ASOR) à San Antonio (Texas), co-présidée par Amy Gansell de l’université St John’s (New York) et Vanessa Juloux (EPHE, PSL), “Encoding Data for Digital Collaboration” :

  • Sveta Matskevich (University of Haifa),“A Conceptual Framework for Archaeological Data Encoding” (15 min.)
  • Shannon Martino (School of the Art Institute, Chicago), “A Quantitative Method for the Creation of Typologies for Qualitatively Described Objects: A Case Study of Prehistoric Figurines from Anatolia and Southeastern Europe” (15 min.)
  • Darren Joblonkay (University of Toronto), “Association Mining Algorithms for Elucidating Community-Based Practices in the Ancient Near East: A View from Tell Mastuma, Syria” (15 min.)
  • Émilie Pagé-Perron (University of Toronto), “Data Mining Cuneiform Corpora: Get Relational” (15 min.)
  • Terhi Nurmikko-Fuller (Australian National University), “Publishing Sumerian Literature on the Semantic Web” (15 min.)

Continuer la lecture de En direct de l’ASOR à San Antonio : Encoding Data for Digital Collaboration

Publication : Introduction aux métadonnées

La 3ème édition Introduction to Metadata est disponible en Open Access sur le site The Getty :

Introduction to Metadata

Like metadata itself, the realm of online resources is constantly and rapidly growing and evolving. Much has changed in the digital information landscape since the first print edition of this book was published in 1998, followed by revised editions in 2000 and 2008. The time is right for an updated edition of this text, intended to give a general introduction to metadata and to explain some of the key tools, concepts, and issues associated with using metadata to build authoritative, reliable, and useful digital resources. In the last few years, phenomena such as linked open data have begun to play an important role in the Semantic Web; the standard for library cataloging, Anglo-American Cataloging Rules, has been largely replaced by the Resource Description and Access (RDA) standard; and the BIBFRAME linked open data standard is poised to become the successor to the venerable MARC format for encoding bibliographic metadata. Continuer la lecture de Publication : Introduction aux métadonnées

L’hebdo de la Twittosphère

Logo TwitterQuoi de neuf dans la Twittosphère au cours de la semaine du 31 août au 6 septembre ?

 

Archaeologists at Oxford and Harvard will flood the region with 3D cameras in a plan to create a full digital record of every threatened artefact1.

Images & textes

“a new catalogue – a guest post from Petros Bouras-Vallianatos”2

Bilingual glossary of pharmacological plants in Greek and Arabic. MS. MSL. 60, folio 71v
Crédit image : Petros Bouras-Vallianatos.

I have recently completed a new descriptive catalogue of the 16 Greek manuscripts held by the Wellcome Library. The catalogue was published in the journal Medical History with contributions from Dr Georgi R. Parpulov. Some of these manuscripts contain previously unpublished medical works (e.g. MSS. MSL. 1, 14, 52 and 60) and offer intriguing insights into medical practice in the Byzantine world. Other manuscripts have been neglected by modern scholars undertaking the textual study of Greek treatises (e.g. MSS. MSL. 62, 109, 114 and 135). This small collection thus offers great research potential3 .

« Mazarinum, la bibliothèque numérique de la BibMazarine désormais accessible depuis ISIDORE ! »4

Bibliothèque Mazarine

Linked data

“A Generic RDF Transformation Software and its Application to a Translation Service for Common Languages of LinkedData”5

Projet en trinôme : Olivier Corby, Catherine Faron-Zucker, Fabien Gandon — projet qui sera présenté à l’occasion The 14th International Semantic Web Conference (ISWC 2015) du 11 au 15  octobre 2015 à Bethlehem (Pennsylvania, USA).

In this article we present a generic template and software solution for developers to support the many cases where we need to transform RDF. It relies on the SPARQL Template Transformation Language (STTL) which enables Semantic Web developers to write specific yet compact RDF transformers toward other languages and formats. We first briefly recall the STTL principles and software features. We then demonstrate the support it provides to programmers by presenting a selection of STTL-based RDF transformers for common languages. The software is available online as a Web service and all the RDF transformers presented in this paper can be tested online.6

Règlementation, réflexions, discussions

« Point sur les humanités numériques dans la revue Critique »7

Revue Critique : Des chiffres et des lettres, les Humanités numériques

Le tournant numérique n’affecte pas seulement les modes de diffusion des savoirs, mais leur nature même. Il pose des problèmes aux sciences humaines, particulièrement aux disciplines littéraires, plus habituées à s’intéresser à la singularité des oeuvres qu’à l’analyse quantitative et la lecture à distance. Il propose aussi de nouveaux objets d’étude, des réseaux sociaux à la littérature numérique, et de nouvelles interrogations critiques, de l’utopie d’un « transhumanisme » en devenir à la dystopie d’une menaçante « gouvernance algorithmique ».
Dans ce numéro dirigé par Alexandre Gefen, Critique donne la parole à ceux qui, travaillant dans ce nouveau champ transdisciplinaire, peuvent nous aider à en mieux comprendre les acquis et les écueils, les limites et les promesses8.

“Readers’ Definitions of Ed-Tech Buzzwords: Confusion and Skepticism Continue”9

Jeffrey R. Young dans The Chronicle of Higher Education  rapporte les témoignages de lecteurs (professeurs, étudiants, postdoc, administrateurs d’université, employés…) d’un périodique10, article qui permet de comprendre à quel point la confusion est importante lorsqu’il s’agit de définir les humanités numériques.

“Digital humanities” seemed to draw genuine confusion for many readers. More than one respondent said “no clue,” and some said it meant any use of technology in the humanities. One former graduate instructor called it: “A meaningless buzzword used to give the humanities a veneer of sophistication, both for funding purposes and for the sake of certain people’s egos.”

“Wikimedia11 Public policy has launched a fantastic new website for their public policies, including access and copyright”12

  1. The Times Middle East []
  2. cité par @WellcomeLibrary et son tweet []
  3. Lire la suite de l’article, rédigé par le Dr Petros Bouras-Vallianatos du King’s London College []
  4. cité par @rech_isidore et son tweet []
  5. cité par @LuxLudo et son tweet []
  6. article complet à télécharger… []
  7. cité par @cairninfo et son tweet []
  8. source []
  9. cité par @seth_denbo et son tweet []
  10. pour accéder aux témoignages []
  11. au sujet de la fondation Wikimedia []
  12. cité par @OA_Button et son tweet []

Nomisma.org, pour “raconter” les collections de monnaies romaines grâce au linked open data

Nomisma.org utilise la plateforme Nodegoat1 pour permettre de visionner sur une carte géographique des collections de monnaies romaines, dont les données ont été précédemment saisies en RDF par des chercheurs et institutions. Ces données sont importées dans Nodegoat grâce au protocol SPARQL. Après avoir éventuellement ajouté des informations depuis Wikipédia, un scénario est sélectionné depuis une liste déroulante pour permettre de visionner sur une carte géographique une collection, comme celle du trésor des monnaies de Marc Antoine.

Nodegoat Nomisma

Nomisma.org is a collaborative project to provide stable digital representations of numismatic concepts according to the principles of Linked Open Data2. These take the form of http URIs that also provide access to reusable information about those concepts, along with links to other resources. The canonical format of nomisma.org is RDF/XML, with serializations available in JSON-LD (including geoJSON-LD for complex geographic features), Turtle, KML (when applicable), and HTML5+RDFa 1.1.3

Nomisma.org concourt pour le prix du meilleur développement Linked Open Data par les bibliothèques et les musées, concours organisé à l’occasion du Summit 2015 :

Continuer la lecture de Nomisma.org, pour “raconter” les collections de monnaies romaines grâce au linked open data

  1. développé par Lab1100. J’ai pu assister à une démonstration au CAA 2015 à Sienne ; je ferai une démonstration sous forme de compte-rendu lors de la 6e édition du Caf’E.phe []
  2. données ouvertes et liées. Pour comprendre linked open data []
  3. Suivez les actualités sur le développement de Nomisma.org en vous abonnant à leur flux RSS []

SWIB15, conférence sur le web sémantique : appel à contribution

SWIB15, conférence sur le web sémantique : appel à contribution

The SWIB conference (Semantic Web in Libraries, German: « Semantic Web in Bibliotheken ») is an annual conference focusing on Semantic Web and Linked Open Data (LOD) in libraries and related organisations. It is held in Germany, by turns in the Cologne region and Hamburg. The topics of talks and workshops at SWIB revolve around opening data, linking data and creating tools and software for LOD production scenarios. These areas of focus are supplemented by presentations of research projects in applied sciences, industry applications, and LOD activities in other areas. SWIB mainly targets IT staff, developers, librarians and researchers.

Lire la suite sur le site de l’organisateur.